Mes gestes slow au quotidien

J’essaie de ralentir (ça vous le savez déjà) et ce n’est pas si simple dans un monde où on te pousse toujours à accélérer. De temps en temps, je fais le bilan de ma démarche et je me rends compte que je fais des progrès (bon je rate aussi des trucs, mais focalisons sur le positif, si vous le voulez bien). Voici les quelques gestes que j’ai adoptés au quotidien :

– Je me douche le soir (en hiver). Ce petit changement d’habitude me convient parfaitement en ce moment. Outre le fait de gagner une 1/2 heure le lendemain, j’ai le temps (et l’envie) le soir de prendre soin de moi : masque capillaire, application d’huile sur tout le corps, manucure, massage, …

– J’ai adopté une gestion différente de tout le circuit « linge » : Déjà je lave moins, comprenez je ne lave plus de façon systématique une pièce qui a été portée un jour (bien sûr je ne parle pas du « petit linge », ni des T-shirts après le sport, ne soyez pas sots). Ce n’est pas évident à faire (question d’éducation) mais en s’entraînant et en ayant un peu de recul sur ses habitudes on y arrive : je gagne du temps, et c’est mieux pour la planète. Quant au-repassage, je partais de loin … et puis j’ai cessé de croire que c’était important.

– J’ai un vélo, bon ok je ne m’en sers pas souvent mais il n’y a pas si longtemps je n’en avais pas. Work in progress.

– Je mange ce que je cuisine (et réciproquement). Avant je mangeais à la cantine (pas très bonne mais bien pratique) de mon entreprise tous les midis. Je n’y vais plus depuis un trimestre et je m’aperçois (avec surprise) que ce que je pensais être une contrainte ne l’est pas du tout : c’est finalement assez simple de prévoir un peu plus la veille pour emporter son repas, je mange moins (en même temps c’est pas comme si j’exerçais un métier physique), je mange mieux, plus sainement et je sais ce que je mets dans mon ventre (traçabilité de mes carottes râpées).

– Je pratique une activité sportive de façon régulière. Pour moi c’est la danse (remember). Faire du sport n’est pas un luxe, n’est pas négociable et ne compte pas dans le « temps pour soi ». C’est obligatoire. Rappelez-vous ce qu’on s’est dit le 1er janvier « et surtout la santé… ». Dois-je vous rappeler les bienfaits d’une activité physique régulière sur la santé physique (et surtout mentale)? Non. Alors prenez soin de vous et prenez le temps pour ça.

Voilà c’était un aperçu de mes gestes slow au quotidien, j’en fais d’autres (ils feront l’objet d’un autre article) et je trouve que ça me réussit (je suis l’auto-satisfaction).

Toi aussi essaie de ralentir et tu verras, ce n’est pas pour autant que le monde cesse de (mal) tourner.

dav
Suite à la lecture du magazine Flow n°7, j’ai voulu essayer le lettrage … une grande réussite …(!)

La bibliothèque-bureau toute simple

Simple, épurée, belle et pratique. Je ne parle pas de moi mais de la nouvelle bibliothèque-bureau qu’on a installée dans la maison.

Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit mais je n’aime pas les meubles (je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas fini ma psychanalyse). Si je le pouvais, chez moi, il n’y aurait que des étagères et des meubles « en dur ».

En traînant sur internet, je suis tombée sur ce vieux DIY de Marie qui explique comment fabriquer sa bibliothèque soi-même et j’ai immédiatement pensé que je voulais la même chose (je suis l’originalité).

C’est ainsi que ni une, ni 2, j’ai pris ma perceuse appelé mon père pour qu’il m’aide fasse.

Équerres blanches, crémaillères blanches, planches de pin brutes, toutes simples. La dernière planche est un plus large que les autres pour servir de bureau aux enfants (toujours inspirée par Marie).

Mon mari s’est occupé de l’éclairage et le tour est joué : une jolie bibliothèque-bureau que j’adore (quand je le dis que je suis facile à satisfaire).

Bibliothèque minimaliste Etagères simples

Ces photos ont été prises peu après l’installation. Le bureau est depuis bien encombré (la faute aux Lego Star Wars et autres coloriages magiques).

dav

Ralentir en équipe

Vous savez quoi? J’ai fait une découverte. Je me suis aperçue que des personnes de mon entourage se mettaient à ralentir et à adopter un mode de vie plus zen, elles aussi. C’est une super bonne nouvelle sur plusieurs points.

D’abord je me dis que si elles ralentissent c’est qu’elles me lisent et qu’elle prennent exemple sur moi … Bon, en fait rien n’est moins sur mais j’aime bien me dire ça (je suis égocentrique vous le savez bien)!

Ensuite parce que, comme dans toute chose, on a toujours plus de résultat lorsqu’on fait les choses avec d’autres que tout seul dans son coin. Cela permet de se motiver et de rester concentré sur ses objectifs (Rappelle-toi d’arrêter de stresser pour un embouteillage ou un autre truc sur lequel tu n’as pas d’impact direct).

Enfin parce que s’entourer de personnes calmes (ou qui essaient de l’être) et bienveillantes, ça créé un environnement tout à fait propice pour l’être soi-même. Alors exit, les négatifs, les pessimistes, les aigris, les blasés, les rabat-joies, les susceptibles. Je mets, à part les râleurs, étant râleuse moi-même (mais je me soigne).

Qu’est-ce que vous en pensez, on monte une équipe?

elodie ralentit en équipe

 

En passant …

Hello les filles et le garçon (je pense que mon mari me lit ou alors il fait semblant)!
Je ralentis tellement et partout (je vais bientôt ralentir au Brésil) que je publie moins souvent par ici. Alors, parce que je sais que je vous manque et aussi parce que j’ai peur que vous ne m’aimiez plus, je reviens vous faire un petit coucou en passant.
J’ai découvert récemment (mais ce n’est pas récent, c’est moi qui suis décalée) sur le net cette jeune mariée lituanienne qui pour son mariage n’a pas fait appel à un photographe mais a pris des selfies tout au long de cette journée spéciale. Le résultat est incroyable : authentique, original, mignon, j’en aurais pleuré (je suis sensible).
Quel rapport avec ce blog sur la lenteur? Juste vous dire que la simplicité ça a vraiment du bon.
Régalez-vous les photos sont ici.

elodie_280815_1000-1

 

Les endroits où je ne vais plus

Avec l’âge, je me rebelle. Lorsque je vais dans un endroit pour consommer et que je ne suis pas satisfaite du service ou du produit acheté et bien je n’y vais plus. Ca a l’air évident comme ça mais ce n’est pas ce que je faisais systématiquement avant, en me trouvant des excuses : « Ok c’est pas terrible mais c’est bien pratique », « c’est plus simple comme ça », « je n’ai pas d’autres solutions », etc …Je ne manque jamais d’imagination quand il s’agit de me trouver des excuses.
Et finalement je continuais à donner mon argent (enfin échanger mon argent contre un produit ou un service) à des enseignes / organismes dont je n’étais pas complètement satisfaite (je ne suis pas à une contradiction près).

Et bien tout ça c’est fini. Désormais quand je ne suis pas contente, je ne consomme plus. Enfin je ne suis pas catégorique, je laisse parfois une seconde chance : j’exprime ce qui ne va pas en espérant une prise en considération de ma demande. Mais pas de 3e chance.

C’est ainsi que je ne vais plus :
– à la cantine de mon entreprise : qui refuse de me faire un crédit de 6 cts mais qui accepte sans souci que je lui fasse des avances de trésorerie en déposant 20 € sur ma carte.
– à la Croissanterie : qui m’a vendue une salade de choux / carottes tellement dépassée qu’elle en était immangeable
– Chez le glacier catalan à Palavas : où on doit commander nos crêpes nous-mêmes à l’extérieur de l’établissement (7° dehors et 25 min de queue). Les serveurs ne servent que les boissons et les glaces. Vous allez me dire que si je veux manger des crêpes, autant ne pas aller chez un glacier. C’est bien ce que j’envisage de faire.
– Dans les magasins U : « désormais vous pouvez enregistrer vous-même votre carte de fidélité ». Vous ne voulez pas que je scanne mes articles toute seule non plus ? Ah mais je suis bête, bien sûr que si !

Je laisse une seconde chance, mais faudrait voir à ne pas me décevoir, à l’enseigne de fringues Karl Marc John qui veut bien faire venir une robe dans votre taille d’un autre magasin seulement si vous versez un acompte, c’est-à-dire si vous vous engagez à l’acheter (WTF !). « Vous comprenez, il arrive souvent qu’on fasse venir des fringues dans le magasin et que les clientes ne viennent pas les ré-essayer ». Je pensais naïvement que ce service-là était compris dans le prix de la robe…

Cette nouvelle intransigeance m’oblige à revoir ma façon de consommer (et c’est pas plus mal) et à trouver des alternatives (et il y en a).

barriere elodie ralentit

le bon moment

Après l’heure c’est plus l’heure (décidément on en apprend des choses sur ce blog)! Mais ce n’est pas tout. J’ai pris conscience récemment d’un phénomène curieux (vous connaissez ma clairvoyance) : dans notre société, on nous pousse tellement à consommer-stocker que même quand c’est l’heure, c’est plus l’heure. Je m’explique.
On pourrait penser que c’est au moment où on a besoin d’un produit, que ce produit en question est disponible sur le marché. Or aujourd’hui, il y a tellement d’anticipation de la part des magasins qu’on ne trouve pas ce dont on a besoin au bon moment.

C’est ainsi qu’il est devenu quasiment impossible :

  • De trouver un cartable fin août
  • D’acheter un maillot de bain en septembre (pourtant il fait 30° en septembre à Montpellier)
  • De trouver un équipement de ski en mars
  • De trouver un calendrier de l’avent le 1er décembre

Par ailleurs :

  • On reçoit les catalogues de jouets en octobre
  • Les décorations de Noël sont installées dès novembre
  • La presse magazine titre « je passe un bel été » en avril et « je prépare ma rentrée » en juillet,
  • Les collections mode printemps/été sortent le 16 février (date de la fin des soldes d’hiver)

Ok, y a plus de saison (c’est pas Evelyne D. qui me contredira) mais c’est pénible !

Décidément, je trouve que c’est vraiment difficile de ralentir alors que tout autour nous force à accélérer.

horloge elodieLa prochaine fois, nous parlerons des tomates : à savoir des produits dont on ne veut pas mais qui sont présents toute l’année …

(Oops!) I dit it again

Quand on fait des choses qui nous font du bien pourquoi ne pas les refaire? Je suis le bon sens.

C’est ainsi que ces derniers mois j’ai de nouveau nettoyé Grammont, vous savez le parc de Montpellier dont je vous avais déjà parlé ici.
En fait désormais à chaque fois que nous allons dans ce parc on prend nos sacs poubelles.
Mon mari-tout-neuf trouve ça un peu triste de ne plus profiter du paysage et de se concentrer sur ce qu’il faut ramasser (en même temps il est impossible de ne pas voir tout le plastique qui traîne).
Mais on en retire beaucoup de bénéfices à commencer par de la fierté. Et puis, c’est très pédagogique avec les enfants qui comprennent concrètement comment prendre soin de son environnement.

Selon la quantité de déchets qu’on ramasse on est découragé : il y a tant à faire et selon ce qu’on ramasse, on est … surpris …

Dechet elodie ralentit

Enfin le but n’était pas de vous inonder sous des photos de déchets (je suis le glamour) … mais vous dire que c’est ainsi que nos promenades dans ce parc se sont transformées en chasse aux déchets et plastiques en tout genre.

Dechet 2 elodie ralentit

Et si lors de votre entraînement de course à pied vous tombez sur une famille qui marche sac poubelle à la main, il est possible que j’en fasse partie.

Autre chose que j’ai refait :
J’ai de nouveau ramené du linge chez H&M pour leur opération de recyclage. Vous connaissez l’opération qui consiste à ramener du textile en échange d’un bon d’achat (j’en parlais déjà ici). J’ai le sentiment que chez H& M, ils sont très attachés à ce que le nombre d’articles ramenés ne dépasse pas 3. Comme si leur modèle économique ne tenait plus si tout le monde se mettait à leur ramener des sacs entiers de fringues. Ça me laisse perplexe … je crois que je ne le referai plus. De toute façon l’idée est d’arrêter (a minima de freiner) la fast fashion en général et H&M en particulier. A ce sujet j’ai adoré la réflexion sur la mode d’une chic fille … c’est exactement là où j’en suis et je n’aurais pas dit mieux.

En quête de sens

Je me suis fait un cadeau (j’ai été très gentille) : le film « En quête de sens ». C’est un film que j’avais envie de voir depuis quelque temps (grosso modo depuis que j’avais lu cet article de Julie).
J’ai cherché à assister à une projection mais je n’en ai trouvé aucune qui coïncidait avec mes disponibilités (si overbookée je suis … oui depuis Noël je parle comme maître Yoda, et pourtant si vous saviez comme je m’en tamponne de Star Wars…).

Bref, comme j’avais très envie de voir ce film, j’ai acheté le DVD « En quête de sens » (chose possible depuis le 16 novembre 2015).

elodie ralentit en quete de sens

Rien que le titre est inspirant. Le film (enfin le documentaire) raconte la prise de conscience, de 2 amis d’enfance, des limites de notre modèle de consommation/production/sociétal actuel.
Tout au long de leur road-trip, les 2 auteurs, Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière, vont à la rencontre de personnes qui prônent et appliquent déjà une nouvelle façon de fonctionner, de réfléchir, de vivre plus en lien avec la Nature.
Leurs témoignages et leurs regards sur les choses sont très instructifs, j’ai particulièrement aimé les interventions de Vandana Shiva et Satish Kumar, impressionnants de bon sens, de culture et de sagesse.

J’ai apprécié le ton du documentaire qui n’est ni pessimiste, ni moralisateur. Il dresse simplement le constat des incohérences du modèle dans lequel nous vivons. Les réponses, en revanche, ne sont pas toutes faites mais elles tournent autour d’une vie plus saine, plus solidaire, plus calme, plus écologique.

Il n’empêche qu’en dressant ce constat sans jugement, le film incite à la réflexion mais surtout à l’action.
Je ne peux que vous encourager à aller le voir (vous trouverez les dates et lieux des projections ici) ou à acheter le DVD.
Vraiment.

elodie ralentit en quete de sens 2

C’est le jour 1

J’adore le 1er jour de l’année, j’ai l’impression que tout est possible et que tout va changer en mieux (alors que concrètement entre le 31 déc et le 1er janvier il ne se passe pas grand chose si ce n’est une bonne gueule de bois).

Bref j’adore démarrer une nouvelle année et me fixer des objectifs. Ces objectifs ne seront pas tenus (je suis feignante) mais ils me rappellent la direction que je veux donner à cette année.

Et donc en 2016, plus que jamais, j’ai envie de ralentir. Concrètement, je voudrais limiter ma consommation (de viandes, de produits préparés, d’essence, de fringues, de téléphone portable, …) et ralentir la cadence des journées pour avoir (sérieusement) le temps de prendre soin des autres en général et de moi en particulier … Tout un programme !

En attendant, je vous souhaite une bonne année 2016 ! Qu’elle soit calme, sereine, joyeuse et surtout pourvu qu’elle soit douce (copyright Mylène Farmer, même si je crois qu’elle parlait d’autre chose …)

2016

Et toi, tu décides quoi pour 2016 ?

C’est Noël!

C’est Noël alors sans surprise je vous souhaite un joyeux Noël! (Je suis si prévisible).
J’espère que vous êtes gâté (sage comme vous l’êtes) et que vous profitez du présent et des présents qui s’offrent à vous.
Joyeux Noël et encore merci de me lire (c’est un joli cadeau que vous me faites)!

noel 2015
Préparez-vous : « Et surtout la santé! » … J-6 …

1 2 3 4 10